Parcourir > Home / Affiliation / 10 Raisons Pour Lesquelles Les Marchands Français Sont Des Nazes En Affiliation

10 Raisons Pour Lesquelles Les Marchands Français Sont Des Nazes En Affiliation

29 décembre 2009 Poste dans Affiliation

vendeur-tapisMathieu Tranvan a publié un article très sympa (comme tous ses articles, foncez voir son blog il vaut le détour !) pour les marchands soucieux de se lancer dans l’acquisition via Affiliation.
Ce billet est très clair et donne des conseils avisés.

Ce sujet m’intéresse justement, car je trouve que l’immense majorité des affilieurs avec qui j’ai pu travailler en France (environ une centaine déjà) se comportent comme des nazes vis à vis de l’affiliation, et surtout de leurs affiliés.

Matthieu a pris le soin de faire un billet soigné et très pro, comme il sait si bien le faire… Je vais pour ma part me charger de mettre les pieds dans le plat et d’assumer mes propos sans concession, comme je sais si bien le faire… ;)
Go :

Sachez que sont concernés par mes propos les marchands mainstream du paysage e-commerce Français.
Ne pensez pas que les plus gros soient exclus, ce sont bien souvent les pires partenaires.
Sont absolument exclus de ce constat les affilieurs dans le X qui sont ultra créatifs et présents, une des meilleures affi lingerie en france : www.lingerie-pas-cher.net/affiliation et d’autres comme www.goracash.com par exemple (affi voyance).

C’est quand même incroyable que ce soit dans le charme et dans la voyance que l’on trouve les affilieurs les plus honnêtes et les plus compétents non ?

1/ Les Marchands Français Et Les Plateformes Mettent Un Temps Fou A Valider Une Application A Un Programme !

Avant de pouvoir commencer à promouvoir les produits d’un marchand via affiliation, vous devez :
1/ Vous inscrire sur la plateforme d’affiliation où il est référencé, ou postuler directement si il le permet
2/ Attendre que le marchand « daigne » vous accepter comme affilié

Et c’est justement ce second point qui pose problème. Il se passe très souvent au moins 10 jours avant acceptation (ou pas). Sur certains programmes, j’ai postulé en Septembre, j’attends toujours la réponse… Si encore c’était un cas isolé.

Quelle frustration de postuler à un nouveau programme, plein d’idées en tête… « Tiens je vais promouvoir cette offre sur telle page de telle site », « pour ce type de cible, j’emploierai ce type de discours », « je peux tester ma base mail de ce site pour voir si elle répond bien à telle offre », « je suis positionné sur ce mot clé qui convertit bien, je suis sûr que l’on pourrait avoir un partenariat d’enfer »…

Et votre élan est brisé, on ne sait pour quelle raison.

J’imagine que les marchands ont tellement de clients que pour eux, les revenus supplémentaires générés par affiliation ça doit être juste du bonus pour aller faire un bowling avec les salariés pour les fêtes de fin d’année ?

Peut être qu’ils réunissent un genre de comité stratégique où ils mettent dans la même pièce un directeur stratégique, un directeur opérationnel, un directeur financier, un directeur commercial et 3 consultants pour se dire : « Bon, alors les mecs on a Julien Bagein là qui postule pour promouvoir nos raquettes de ping pong… Est-ce qu’il est fiable ? Est-ce qu’il est sérieux ? Est-ce qu’il a bien fait son vaccin contre la grippe A ? Est-ce que c’est un bon affilié ? Est-ce que ses sites sont corrects ? Quels sont les résultats de l’enquête, que dit le détective que l’on lui a collé aux basques pour savoir s’il ne trompe pas sa femme ? … C’est bon on peut l’autoriser à se démener le cul en prenant des risques pour promouvoir nos produits ! »

C’est ce qu’ils n’ont pas compris visiblement.

Quand on choisit de promouvoir les produits d’un marchand : nous seuls, affiliés, prenons des risques !
On est rémunérés à la performance.

On se bat pour référencer nos pages, les promouvoir via achat de mots clés ou d’espaces publicitaires, on prend le risque d’entailler notre business model en insérant des bannières… Et on ne peut pourtant jamais prédire si l’affilieur sera honnête, et si ses pages convertissent !

Car bien souvent, leurs pages ne convertissent pas justement.

Sur n’importe quelle plateforme US par exemple : on s’inscrit et on peut promouvoir 95% des 800 programmes dès à présent, et that’s it, ça roule !

Alors certes, les affilieurs prennent un risque : celui de voir leur image écornée par des publicités mal mises en valeur. Mais grosso modo, qu’est-ce qu’ils risquent vraiment ? Pas grand chose, contrairement à l’affilié qui met la main au portefeuille pour essayer de déclencher des conversions (achat de trafic, rédaction de landing pages, A/B testing, temps passé…).

Mention spéciale tout de même aux plateformes (particulièrement Zanox et Tradedoubler) qui ne trouvent rien à redire aux marchands qui mettent plus de 3 jours à valider une application (comme je l’ai dit, sur certains programmes, je compte en trimestre, pour ceux là j’ai lâché l’affaire : tant pis pour VOUS les mecs)

2/ Les Marchands Français Ne Communiquent Pas Avec Leurs Affiliés

Quand vous postulez sur une plateforme américaine pour la première fois, une chose marque vraiment : On nous attribue personnellement « un Affiliate Manager ».

Qu’est-ce qu’un Affiliate Manager ? C’est une personne que vous pouvez joindre à tout moment par téléphone, par MSN, par Skype ou par Mail pour répondre à vos questions.

Le but de l’AM, qui est rémunéré aussi sur vos performances, est de vous guider, vous aider à choisir les bonnes offres et à bien les mettre en valeur.

Perso je n’ai jamais vu ça sur les plateformes françaises, et encore moins chez les marchands. A part les newsletters sur leurs produits qu’ils vous envoient régulièrement, on est proche du degré 0 de la communication.

Quel est le problème ? On sent clairement que l’on est pas sur une relation partenaire/partenaire… Les marchands ne se soucient pas des affiliés, ils ne sont bons qu’à se démerder avec le peu d’infos qu’ils ont.

3/ Les Marchands Français N’offrent Rien Aux Affiliés Performants

Encore un point qui me paraît impardonnable.
Aux USA, quand on performe, on reçoit des tas de trucs, des gadgets, des conneries bien souvent… mais on reçoit des cadeaux. Cela peut aussi être une prime en dollars sonnants et trébuchants.

Rien que cette année, j’ai encore 2 exemples de PME qui ont fait rentrer plus de 40k€ grâce à mon travail (je ne compte pas les conversions grugées, j’en parle plus loin). Je n’ai jamais rien reçu, pas même une pauvre bouteille de champagne ni même une carte de fin d’année.

Non pas que j’attende une reconnaissance éternelle, loin de là. Mais quand même quoi, même mon boulanger préféré chez qui je vais chercher tous mes sandwichs du midi m’offre des cookies quand je lui ramène des amis qui deviennent nouveaux clients !

4/ Les Marchands Français Offrent Des Visuels/Outils De Promotions Lamentables

Inutile de s’attarder, il suffit de voir la tronche des bannières d’une manière générale : pixellisées, animations trop lentes, messages publicitaires peu parlants pour ne pas dire pas convaincants du tout… Est-ce qu’ils trackent les taux de clics ? Des fois on se le demande…

Que dire de tous ces annonceurs qui « oublient » le format standard blog 125×125 ?
Que dire de tous ces gros annonceurs qui ne sont même pas fichus de proposer un flux xml de catalogues produits, différent du catalogue original bien sûr pour éviter les problèmes de duplicate content ?
Que dire de tous ces annonceurs qui empêchent le « deep-linking » (liens profonds vers des pages de notre choix) ?
Que dire de tous ces annonceurs qui nous font galérer à tracker nos statistiques via SubID ?

Mention spéciale à tous ceux qui travaillent dur pour faire du phénomène de banner blindness une véritable norme…

5/ Les Marchands Français Oublient Qu’un 1er Client C’est Sacré

Parfois on se demande si les marchands mesurent leurs coûts d’acquisition. S’ils le font vraiment, ils doivent savoir que dans beaucoup de cas de figures, surtout sur des produits à faible prix de vente et/ou faible marge, les coûts d’acquisition du 1er client sont toujours plus élevés que la marge gagnée.

D’où l’importance d’une vraie stratégie de fidélisation.

Quand je travaille avec quelqu’un, je trouve normal de faire une offre « nouveau client », un genre de rabais exceptionnel pour le choper et lui prouver que je suis sérieux.

Grâce à l’affiliation, un annonceur gagne non seulement une vente sur un premier client, mais aussi et surtout, un contact tout beau tout neuf à marketer comme bon lui semble s’il n’est pas trop mauvais. Bref, il est déjà gagnant sur tous les fronts.

Ne serait-il pas normal pour la toute première commission de revoir le taux de commission à 100% ou au moins 50% ?
Au lieu de rester sur un pitoyable 4 ou 5% ?

6/ Les Marchands Français Ne Connaissent Pas Les Landing Pages

Difficilement pardonnable pour un marchand.
Les sites US réalisent sûrement 80% de leur CA sur leurs Landing Pages…

J’en ai rarement vu passer en france, et surtout, SURTOUT, s’ils en font… Mais pourquoi ne pas les mettre à disposition des affiliés ?

Si vous trempez dans l’affiliation US, voici par exemple une landing page que les annonceurs mettent d’office à disposition pour tout le monde. Pour faire simple, il suffit de ramener du trafic à peu près ciblé là dessus pour que cela convertisse tout seul très facilement !

Vous voulez comparer avec les pages produits des gros discounters français ? Juste pour rigoler, faîtes vous plaisir :D

7/ Les Marchands Français Empêchent Les Affiliés d’Enchérir Sur Les Réseaux CPC

Ça doit être une de mes préférées je crois… Sérieusement, si je comptais là maintenant tout de suite le ratio entre nombre de programmes sur les grosses plateformes d’affiliation VS nombre d’annonceurs qui autorisent la diffusion via CPC, on ne doit même pas être à 2%.

Il faut que l’on m’explique quels peuvent être les freins des annonceurs à laisser les affiliés se déchirer entre eux sur Adwords ?
A quel moment ils n’ont pas compris que l’argent dépensé (dans l’espoir de gains hypotéthiques en plus, rappelons le) par les affiliés est de l’argent qu’ils ne dépenseront pas eux-même ? Quand on connaît les sommes astronomiques dépensées en SEM, cela me fait doucement sourire.

Bla-bla j’ai peur pour ma marque, bla-bla je ne contrôle pas les annonces… Oui je sais, mais la vérité est plus simple : vous ne vous donnez pas les moyens de vendre et de tout déchirer.

8/ Les Marchands Français Ne Mettent Pas Systématiquement De Sections « Affiliation » En Footer De Leur Site

Eh oui, parfois nous les affiliés, quand on tombe sur un site commerçant sympa, on aimerait savoir s’il propose de l’affiliation.
Un simple lien dans le footer, avec les explications nécessaires pour commencer à promouvoir les produits est suffisant. Pourtant ce n’est pas systématique.

Je ne dis pas de proposer une affiliation en interne, c’est super gonflant à gérer. Mais au moins expliquer aux partenaires potentiellement intéressés comment ça se passe (rémunérations, types de supports, où s’inscrire…) serait la moindre des choses.

Juste désolant.

9/ Les Marchands Français Ont Des Taux De Conversion Nazes

Alors celle là, je n’ai vraiment pas peur de l’affirmer haut et fort. Je ne vais citer personne mais j’ai déjà travaillé avec de soit-disant « gros acteurs » du e-commerce français et là… quelle bonne blague ! Des taux de conversion au ras des pâquerettes, quand on envoie 1 000 clics archi qualifiés genre « achat produitmachin referenceprecise maintenant » et que cela ne convertit pas derrière… Mouais !

Pas étonnant quand on voit les pages produits tournées sur les caractéristiques et non les bénéfices, quand le marchand se contente d’une simple énumération de faits sans apporter la solution concrète à laquelle le produit est censé répondre.
Pas étonnant quand on voit qu’il ne crée pas de landing page spécifiquement calibrée pour mettre en avant une offre ou une gamme d’offres.

10/ Les Marchands Français Grugent !

La dernière pour la route, celle là non plus je n’ai pas peur de l’affirmer, j’en suis sûr.

Je n’y croyais pas trop au début, c’est un pote du web qui m’en avait fait part. Les commerçants ne jouent pas le jeu des commissions. Beaucoup de com passent à la trappe, quand elles ne sont pas toutes purement et simplement sucrées sur la base de présomption de triche.

Testé personnellement et approuvé. Sur des gros volumes, il est clair et net que ça gruge !
Et des enseignes qui se disent respectables en plus !

CONCLUSION

Pour toutes ces raisons, je ne travaille quasiment plus avec les commerçants français car ils me fatiguent. Ils sont malhonnêtes et ne jouent pas le jeu. J’ai clairement ressenti m’être investi à fond, avoir pris des risques… alors que l’annonceur est bien trop protégé. Voici les dessous du « marketing à la performance ».

Je ne travaille plus qu’aux USA désormais, et c’était la meilleure décision que je pouvais prendre pour mon business :
- A cause de l’extrême concurrence, les annonceurs sont plus réglos, font plus attention aux affiliés (même si les écarts existent toujours, bien sûr)
- Commissions 10 fois plus intéressantes, moins de foutage de gueule de ce côté là
- Marché immense, qui a globalement pas mal d’argent à dépenser
- Programmes très variés, toutes les niches sont représentées

Une bonne plateforme pour débuter que je recommande sans réserve : Neverblue. Régulièrement citée en top 3 US. Que du bonheur de travailler avec eux :)

Alors, amis affiliés, vous aussi vous rencontrez ces problèmes ?

Blog Marketing