Parcourir > Home / Affiliation / Ce Que Le Poker Nous Apprend En Marketing d’Affiliation

Ce Que Le Poker Nous Apprend En Marketing d’Affiliation

28 mai 2010 Poste dans Affiliation

Voici un autre article qui m’a été inspiré pendant ces dernières vacances.

Je lisais un magazine sur le Poker et un article m’a fait penser au Marketing d’Affiliation.
L’article décryptait en fait quelle est la véritable vie d’un joueur de Poker.

Un peu comme les sportifs de haut niveau, quand on pense à ces performers, on ne voit finalement que le côté glamour de leur job.
On voit le côté triomphe, gloire, putes de luxe affreuses et vulgaires pour footballeux mononeural succès, fêtes démesurées…

Mais à aucun moment on ne pense au travail, à l’énergie et à l’abnégation qu’il a fallu produire pour arriver à ce résultat.

On ne pense pas à ce gamin qui se faisait chambrer par ses potes parce qu’il passait son temps à l’entraînement au lieu de se saoûler tous les WE comme les gens bien.
On ne voit pas l’impact que leur décision difficile a pu avoir sur leur vie sociale.
On ne voit pas les heures et les heures d’entraînement, les heures de doute, les heures d’effort et les heures de larmes.

C’est un peu pareil avec le Poker et l’Affiliation au final, voyons un peu ce qu’un joueur de Poker devenu grand peut nous apprendre.

Tout d’abord, il faut savoir qu’autant dans l’Affiliation que dans le Poker: il y a des jours avec et des jours sans.
Il peut y avoir des jours à 500€, 1 000€, 2 000€… et parfois vous pouvez ne rien rentrer pendant 5 mois d’affilé !

Le piège est de vouloir passer de 0 à 5 000€ trop vite, sans passer par l’étape : « attend j’essaie de stabiliser 50€/quotidien d’abord, ça sera déjà bien. »
Il vaut mieux gagner de petites sommes mais avec une méthode sécurisée et durable, qu’enchaîner les « gros coups » et jouer à chaque fois à la roulette russe.

Sans compter le facteur « descente aux enfers » lié à la perte de grosses sommes. Pour l’affiliation, quand une campagne de media buying à 15 000€ s’est complètement plantée par exemple. Ou quand on subit une succession de campagnes qui ne convertissent pas, quand on subit une clôture de compte chez Adwords ou quand Facebook décide de changer sa politique de publicité en refusant les publicités « qui-font-trop-de-publicité » (j’y reviendrai peut être un jour).

Stabiliser, et ne pas mettre ses oeufs dans le même panier.

Pour le Poker comme l’Affiliation, ceux qui réussissent sont ceux qui en font un métier!
Ce sont les personnes qui capitalisent sur leurs expériences et leurs erreurs.
Ils ne jouent pas pour gagner de l’argent, ils jouent pour jouer longtemps.
Le plus longtemps possible.

La passion sans discipline ne suffit pas, et la discipline sans vision ne vous mènera pas bien loin non plus.

1/ Pour réussir en Affiliation comme au Poker, il faut se consacrer exclusivement aux stratégies que l’on choisit d’adopter

Au Poker, si vous commencez à faire la passerelle entre Limit, No-Limit, Omaha, Tournois, Sit and Go… vous n’obtiendrez que des résultats médiocres.
Trop se diversifier demande trop de temps pour devenir bon, et au final on finit comme les étudiants qui sortent d’une école de Marketing : « On sait tout faire, mais on ne sait rien faire. »
(copyright: JulienBagein.com)

C’est exactement la même chose en Affiliation.
Avant de tester toutes les sources de trafic possible et imaginable, en maîtrisez vous vraiment une seule ?
Avez vous tout tenté en SEO ? Ne reste-il pas des choses à optimiser sur vos campagnes CPC ? Pourquoi faire du CPM si votre trafic au CPC ne convertit pas d’abord ?
Avant de faire des Landing Page et des Squeeze Page, maîtrisez vous le Hit’n'Run (linking direct vers l’annonceur pour essayer de toucher sa com), avant de faire du site par abonnement, savez vous rentabiliser un site de contenu ?

Et surtout, pour ces 2 métiers, ne vous avisez surtout pas de copier les techniques des autres.
Certes vous pouvez ainsi faire illusion un certain temps, mais à mon sens, ce n’est pas capitaliser sur le long terme.
(En plus de vous dénuer de personnalité).

Il vous faut une Vision.
Tout le monde peut avoir de la Vision, ce n’est pas un truc réservé à de vagues individus surhumains, nés « génie », catapultés à leur insu dans le monde des mortels.
La Vision se travaille grâce à son vécu :
« Expérience, Echange, Auto-Critique, Apprentissage, Coeur, Couilles ».

2/ Pour réussir en Affiliation comme au Poker, définissez du temps pour l’étude

Dans l’article du magazine en question, le joueur de Poker expliquait passer 20% de temps à l’étude, 80% à appliquer ses nouvelles connaissances pour soigner son jeu. En clair, toutes les 4h de travail, il faut passer une heure à étudier.

Personnellement, je dois plus être aux alentours de 60% d’étude pour 40% d’application.

Gagnez du temps, venez chercher l’info ici ;)

3/ Pour réussir en Affiliation comme au Poker, soyez patients et commencez à des enjeux accessibles

Pour les 2 disciplines, la problématique est la même. Le temps et de l’argent, c’est de l’investissement.
Au Poker, on ne va pas sur les tables No-Limit 25€-50€ avant d’être sûr que l’on arrive à s’en sortir sur celles à 0,05€-0,10€.
Puis sur celles à 1€-2€…

En Affiliation une fois encore, c’est pareil.
Commencer par une niche qui paie bien, avec des commissions >35€, c’est bien, mais si les mots clés coûtent au minimum 1,50€ pour exister sur Adwords… il vaudrait peut être mieux s’entraîner un peu avant sur des mécanismes ou le mot clé tourne autour de 0,10€ non ?

C’est vraiment très important avec l’Affiliation, car les marges sont très serrées, il faut être particulièrement radin.
Cela m’a d’ailleurs beaucoup posé problème car je ne suis pas du genre pingre, c’est tout nouveau pour moi cette obsession de grignoter chaque dixième de centime possible.
Contrôlez absolument tout ce qui sort, et tout ce qui rentre.

L’erreur est de vouloir assurer un maximum de trafic pour gagner beaucoup d’argent trop vite, et donc de sélectionner beaucoup de mots clés dans une campagne CPC. Ou de faire du media buying sur plus d’un site à la fois…

Encore une fois, testez à petite échelle, déployez ce qui fonctionne, arrêtez ce qui ne fonctionne pas, apprenez, et continuez!

Et surtout, quand vous gagnez vos premiers gains à 5 chiffres, ne foncez pas bêtement vous acheter une voiture.
Investissez 90% dans ce qui vous permettra de stabiliser votre business.
Même si vous prenez beaucoup de plaisir, vous n’êtes pas en train de jouer, vous êtes en train de créer une affaire sérieuse.

4/ Pour réussir en Affiliation comme au Poker, définissez un plan commercial très détaillé.

Si vous compter passer 6h cette semaine à étudier le Poker, comment allez vous les utiliser ? Allez vous passer 2h à lire, 2h à regarder Patrick Bruel sur Youtube et 2h sur des sites de coaching ? Pour l’Affi, allez vous apprendre à rédiger des titres qui vendent ? Allez vous apprendre l’A/B Testing, le ciblage de mot clé ?

Définissez des objectifs réalistes.
Si vous êtes salarié et que vous cherchez à monter votre affaire de Poker ou d’Affiliation, ne pensez pas que vous allez travailler 6h / jour sans relâche, ou alors vous pourrez dire au revoir à votre conjoint(e) et votre santé.
Il faut savoir être un patron impitoyable envers soi-même, et ne pas tolérer les écarts.

Pensez aux athlètes cités en début d’article, pendant que vous lisez cet article, un basketteur est sûrement quelque part en train de s’entraîner depuis plusieurs heures/jour pour espérer gagner 0,005% d’abilité sur ses tirs à 3 points.
C’est pareil pour chaque brique que vous posez, vous tentez de vous construire un avenir, une carrière.

Et pour accéder au succès sur ces 2 activités, il n’y a pas de hasard, il faudra se consacrer corps et âmes à la construction de cette aventure.

Blog Marketing