Parcourir > Home / E-Marketing / Comment gagner 40 000 $ tout en étant blacklisté ?

Comment gagner 40 000 $ tout en étant blacklisté ?

24 juillet 2009 Poste dans E-Marketing

Quand le branding permet de s’affranchir de Google – le cas John Chow
Je reviens sur un post de la semaine dernière, passé un peu inaperçu sur la sphère française, ce qu’il s’est passé avec John Chow…
Ou comment un webmarketer a eu le cran de dire « merde » à Google pendant 3 ans et a amassé malgré tout 40 000 dollars par mois en étant blacklisté !

Cernons d’abord le personnage…

John Chow est un blogueur américain très connu des webmarketers. Il est assurément l’un des top leaders de la niche « Make money online ».
Sur son blog www.johnchow.com, il publie quotidiennement des astuces pour gagner de l’argent sur Internet.

Il faut bien comprendre que John Chow bénéficie d’une aura spectaculaire…
En effet, il est très populaire. Il a érigé le blogging au rang de science (sérieusement :D ), il fonde son succès sur un branding permanent autour de son nom.

Son nom, c’est sa marque.

La recette est la suivante : un rythme de publication soutenu, une audience bichonnée, la mise en place de nombreux leviers de fidélisation (relances mails, twitter, sur flux RSS… avec très souvent des messages personnalisés)… bref, John Chow connaît ses lecteurs, sait ce qu’ils attendent de lui et le leur donne !

Ce qui est assez énorme est que John Chow gagne de l’argent… en expliquant aux autres comment il gagne de l’argent !

Et est-ce que ça marche ?

Oh oui, pour vous donner quelques stats, John Chow arrive à dépasser les 40k$ / mois avec son blog (oui je sais, quand on compare avec les revenus des blogueurs français, c’est déprimant…). Sa stratégie de fidélisation s’annonce payante avec ses plus de 55 000 followers Twitter et ses 57 000 abonnés au flux RSS.
Des chiffres qui donnent le tournis et ne sont pas dûs au hasard.

Cependant, je dois avouer que je n’ai pas toujours été en phase avec les articles qu’il propose. Quand j’ai commencé à le suivre, je ne trouvais plus rien d’intéressant parmi les nombreux articles sponsorisés. Pendant un moment, j’ai l’impression qu’il s’est focalisé sur ce levier.
Non pas que l’article sponsorisé me dérange, mais c’est juste que les plateformes/outils/entreprises sur lesquelles il communiquait ne m’intéressaient pas. Il semblerait qu’il ait calmé cet aspect là, ou en tout cas, j’ai renoué avec son flux RSS et son Twitter car les articles du crû 2009 m’ont paru sympa.

Et alors, qu’elle est la RÉELLE performance de John Chow ?

John qui est je pense, quelqu’un de pragmatique, cherche tous les moyens efficients pour monétiser son blog.
De la bannière traditionnelle à la bannière type blog 125*125, du peel tout en haut à droite (il me semble que c’est bien comme cela que l’on nomme cet espace publicitaire qui a percé il y a 2 ans) aux articles sponsorisés, du lien contextuel à Adsense… il a goûté à peu près toutes les formes de monétisation, et il a bien raison de ne pas attendre de voir « comment font les autres » avant de se lancer.

Mais un jour, il a défié le Dieu Google en cédant aux sirènes de la vente de liens.
Malheureusement pour lui, Google l’a détecté et pour faire un exemple fort , l’a blacklisté complètement de son algorithme (il ne ressortait même plus sur la requête « John Chow »).

De plus, John a cumulé une autre « erreur », voyant son domaine principal aux oubliettes, il a lancé johnchow.ca, et malheureusement pour lui, les équipes de Google se sont senties narguées et ont sorti à nouveau « la main de la justice » pour un double frag…
—> 2ème domaine pénalisé !

Et c’est là où j’admire énormément la performance de John, il a su dire à Google : « allez au diable, je peux très bien monter mon business sans vous ».
Et depuis 3 ans, il a tenu bon, avec les résultats énoncés plus haut. Incroyable non ?

C’est bel et bien la preuve que même un business online peut atteindre des performances incroyables sans référencement naturel Google, uniquement grâce au travail de sa marque et de sa notoriété.

Aujourd’hui, John a fait le choix de revenir sur sa décision de résister à Google et a sollicité une réinclusion dans l’index. Il explique ça ici :
http://www.johnchow.com/john-chow-gives-in-to-google-back-in-search-engine/

Il lui a juste « suffit » de rencontrer Matt Cutts… Simple non ? Enfin il faut avoir les relations qui vont bien quand même pour rencontrer le boss de la team anti-spam chez Google :D

Alors, que pensez vous de cette performance ?
Connaissiez vous John Chow ?
A votre, avis, ses revenus vont décoller maintenant qu’il revient dans les SERP ou pas ? :D

Pour aller plus loin, voici un article de Shoemoney, ami de John :
http://www.shoemoney.com/2009/07/16/google-gives-in-to-john-chow-proves-ends-justify-the-means/
Il fait d’ailleurs un parallèle pertinent avec ce qu’il s’est passé pour BMW… Sacré dilemme pour Google : « Ce site est pertinent et il y a de la demande pour la requête « John Chow », comment puis-je continuer de ne pas l’afficher si je respecte l’expérience utilisateur ? »

N’hésitez pas à suivre John sur son Twitter, il est très sympa ;)
http://twitter.com/JohnChow

* Ce billet a été rédigé car j’avais envie de vous exposer ce cas peu banal de réussite, je n’ai aucune connection avec JC :) *

Blog Marketing