Parcourir > Home / Web 2.0 / Quand le Web 2.0 régresse

Quand le Web 2.0 régresse

30 mars 2008 Poste dans Web 2.0

Le Web 2.0, fabuleux concept qui fait recette depuis un an ou deux. Les services web commençaient à ne plus être hype, il y avait urgence à réinventer ce qui existait déjà, mais en plus simple d’accès, plus facile, plus accessible et surtout, en plaçant l’internaute au coeur de l’intéraction avec le site Web.

C’est comme cela que l’on nous l’a vendu. Moi à l’époque j’étais d’une naïveté touchante, rendre les sites plus « users friendly », c’était pas du luxe, et mettre l’être humain au centre du projet… quel concept attrayant en ces temps où l’on nous répète tous les jours que nous sommes opprimés, clientélisés, privatisés, par ces grands pontes du capital…

Mais là la sauce ne prend plus et le petit nuage se transforme lentement en douche froide.

Même Szarah déprime! Fichtre.

Certains dénoncent la spectaculaire régression (et le formidable foutage de gueule) de Wikio. Mais où est passé cet engouement de web participatif? Où les internautes sculptent les sites Web, et méritent bien les quelques miettes de retour qui leur sont dûs, pour leur travail. Là on a comme l’impression de s’être fait couillonner. En même temps ces gens ne nous devaient rien je pense… C’est pas comme si ils gagnaient de l’argent grâce au contenu que nous tous, artisans du web, pouvons promouvoir grâce à eux. Ah si c’est le cas… Il faut monétiser, rentabiliser son site bien sûr, personne ne travaille pour rien (moi le premier). Mais, ce revirement de situation, cet emprisonnement du visiteur… Ce n’était pas prévu dans le contrat de départ.
Un site qui propose de copier des sites de rédacteurs Web (denrée rare et précieuse s’il en est) en s’en attribuant les mérites et en les monétisant pour son compte… Vive la technologie.

Et pendant ce temps là, d’autres se posent des questions sur les plateformes de propulsion de contenu (Fuzz):

Qui est responsable? Bla bla bla…

On se réveille tout doucement…

Et la goutte d’eau qui fait déborder le vase: le nouveau Netvibes (Ginger). Après avoir été contraint de passer à l’update, on me propose un service ridicule dont je ne me sers pas: partager mes flux RSS (pour quoi faire? c’est ma veille personnelle). On me propose encore et toujours de me socialiser, j’avoue que je ne sais plus où donner de la tête entre les Myspace, Facebook, Twitter, Netvibes… et que faire si j’ai des amis différents un peu partout éparpillés sur ces plateformes? Non franchement, je vais rester sur mon MSN old school, c’est plus pratique.

Et le meilleur pour la fin… Sur le nouveau Netvibes, il est impossible d’exporter ses flux RSS pour en faire des sauvegardes. Vous avez bien lu, j’ai environ 150 flux RSS, et si pour une obscure raison technique, ma page pête chez eux, je perds tout.

C’en est trop et j’ai pris la décision qui s’impose: je me fais la malle! Et au passage merci, se palucher 150 flux à remettre manuellement dans Google Reader, c’était une perte de temps dont je me serais bien passé un Dimanche!

Ras le bol!

Blog Marketing